Pourquoi Gabin Villière rejoint le RCT ? Il répond dans un entretien

C’est signé ! Gabin Villière, évoluant aujourd’hui avec Rouen en Fédérale 1, s’engage pour trois ans avec le Rugby Club Toulonnais. Alors que son transfert intéressait aussi le Castres Olympique, c’est finalement vers l’équipe varoise que son choix s’est tourné. Pourquoi le RCT plutôt que le CO ? Dans un entretien accordé au journal Paris-Normandie, le jeune joueur de 23 ans explique cette décision.

 

 

       « Le choix n’a pas été facile avec Castres et Rouen. J’ai opté pour le projet qui me correspond le plus. Toulon veut ouvrir une nouvelle page avec des jeunes et moins de stars étrangères. Seulement deux ou trois. Certaines grosses pointures vont partir. Je crois que j’aurais la possibilité d’aller chercher une place sur le terrain… Ce sera à moi de faire le travail. Je serai parmi les quatre ou cinq pros à l’aile. Il y aura deux joueurs plutôt imposants. Moi, je suis considéré comme un électron libre. En plus, le club me laissera une porte ouverte vers le rugby à 7. Ça a vraiment influencé mon choix. »   {…}   « Le projet et la mentalité de ce club (Castres Olympique, ndlr) me plaisaient aussi mais il y a beaucoup de joueurs dans l’effectif et je craignais un peu de m’y perdre. J’ai eu Wilfrid (Hounkpatin, l’ancien Rouennais recruté l’été dernier) au téléphone. Lui, il s’y plait. Il m’a confirmé que les valeurs de Castres étaient tops. »

 

Après avoir entamé sesrelations avec le Rugby Club Toulonnais au mois de mars dernier, il raconte avoir rencontré l’entraineur Patrice Collazo :

       « Il compte sur moi. C’est un coach qui m’inspire. Il dit les choses quand ça ne va pas et aussi quand ça va. J’ai besoin de ça pour avancer, aller dans la bonne direction. Je ne suis sûr de rien mais je vais me donner les moyens d’y arriver. »

 

Attaché à son club de coeur, il reconnait que le quitter ne se fera pas sans peine :

       « C’est assez dur, surtout au moment où on ne sait pas où il sera la saison prochaine. J’ai juste choisi de prendre un peu d’avance. Il ne faut pas perdre de temps. J’espère qu’il sera en Pro D2 mais il lui faudra du temps pour être à maturité à ce niveau. Je ne suis pas inquiet pour le RNR. J’espère que nous aurons l’occasion un jour de nous recroiser, soit comme adversaire, soit, pourquoi pas, comme joueur. Peut-être que je pourrais lui rendre un jour tout ce que je serai allé apprendre ailleurs… Aujourd’hui, l’aventure n’est pas encore finie. Loin de là. Je ne suis pas du tout parti. »

 

Découvrez les plus beaux essais de 2018 :

Laisser un commentaire

RESTEZ Au COURANT !

Inscrivez-vous à notre newsletter afin d’être tenu au courant des bons plans, jeu-concours et autres surprises !